Trois petits jours et puis s’en vont

Je ne pouvais pas rentrer en France sans m’être rendu sur une île me baigner. Jeudi, nous sommes donc partis trois jours à Koh Samed, une des îles les plus proches de Bangkok, dont j’avais gardé quelques souvenirs divers et variés en 2005.
Départ depuis la station de bus d’Ekkamai, et trois heures et demie de trajet jusqu’au port d’embarquement de Ban Phe. Trente minutes de bâteau, et nous voici arrivés. On a de la chance, il fait beau. On a moins de chance, les tarifs ont augmenté. Pour rentrer dans le « parc naturel », on ne s’acquitte plus de 200 bahts, mais du double ! Pourquoi un tel tarif ? On se le demande encore, car à vue d’oeil, les routes et la forêt n’est pas plus entretenue qu’il y a deux ans… Sacrée Thaïs…
On se rend ensuite sur la plage d’Ao Thian, qui m’avait laissé une excellente impression. Ca, ça n’a pas trop changé, si ce n’est que le nombre de bungalows a augmenté, et qu’ils semblent plus confortables qu’avant. C’est toujours aussi beau, aussi calme, et surtout infesté de moustiques ! A tel point que rester dehors près des chambres est impossible, à moins de vouloir repartir avec le paludisme, puisque selon le Routard, il y en aurait encore quelques souches sur l’île. Et comme je ne suis aucun traitement…
Ici, le programme est donc simple : baignade, repas, baignade, repas. Et pas trop longs les repas, parce que les moustiques sont vraiment enragés.Entre temps, on regarde aussi les Japonais se prendre en photo.

Que font des Japonais à la plage ? Ils prennent des photos.

Quelques énormes coups de soleil plus tard (forcément, une journée entière à se baigner, ça laisse des traces…), on se voit proposer une soirée sur la plage voisine en compagnie de deux des filles du resort où nous dormons. On est un peu crevés, mais on se dit qu’une soirée comme ça nous laissera forcément de bons souvenirs avant de repartir pour Paris et son gris.
Vers les 21 heures, on part donc à travers la forêt, lampes torches à la main, pour découvir qu’à quelques dizaines de mètres de notre coin sauvage se trouve une plage qui n’a pas grand chose à envier à celles de Koh Pha Ngan. On s’asseoit tous les cinq devant un bar, on discute un peu, enfin moi pas trop parce que hélas je ne maîtrise pas encore le siamois, et on se lance dans une joute au Puissance 4. France versus Thaïlande. Résultat : 6-0, pour l’honneur de la patrie. Un orage éclate, on se réfugie à l’intérieur du bar, où on fait la connaissance de deux autres français de passages à Samed.
Depuis, je suis rentré en France, pays où les escalators de Roissy ne fonctionnent pas, et où on ne te sourit pas quand tu descends de ton avion. Les premiers jours de boulot et de transports en commun vont être pénibles, c’est sûr. Mais bon, tout à une fin, et d’ailleurs, ce n’en est pas une, puisque bien sûr, je retourne là-bas dès que possible, c’est à dire certainement pour les fêtes de fin d’année. En attendant, je continue ce blog comme je l’ai fait jusqu’ici, en me focalisant principalement sur l’actualité de la Thaïlande.
Merci de venir me lire de plus en plus nombreux, puisque ce site est depuis quelques semaines à près de 100 visiteurs uniques par jour, ce qui me réjouit et me motive à poursuivre tout ça. Portez-vous bien, et à bientôt.

Laisser un commentaire