Des manchots et des gants

Bonsoir la France ! Comment ça va chez vous ? Ici ça va chaudement, et ici c’est Buriram, où nous sommes arrivés ce matin. Un voyage sans encombre et sans sable cette fois.
Sinon quoi de neuf depuis la dernière fois ? Oh pas énormément de choses au final. Une visite au SeaLife Bangkok Ocean World comme prévu déjà. Le temps de voir des requins, des méduses, des raies (épargnez-moi vos blagues salaces, je vous voir venir bande de fripons) et plein d’enfants qui courent partout. Ah et des pingouins aussi. Ou des manchots. Enfin je ne sais plus trop et j’ai la flemme de chercher l’espèce exacte sur Google, vu que j’ai ici une connexion proche du bon vieux 36k. Bref, si vous venez en famille et avez un petit budget (comptez 890 bahts pour un étranger en réservant sur Internet, et moitié moins pour les autochtones, gratuit en dessous de 3 ans), je vous le conseille, c’est vraiment sympa. Pour être allé à l’aquarium de Paris il y a peu de temps, je peux vous dire que ce dernier ne supporte pas la comparaison.

IMG_4226
Je sais juste que ce ne sont pas des carpes Koï…

Dans la foulée, et puisque je n’étais pas bien loin, j’ai laissé la petite famille à l’hôtel pour aller faire un tour du côté de National Stadium. Un de mes lieux fétiches de Bangkok, notamment parce qu’il concentre tout ce que la Thaïlande peut offrir en magasins de sport. Dont 95% de maillots de foot, dont 95% de contrefaçons. Sauf que là, surprise ! Une grosse partie des boutiques ont été rasées, pour laisser la place à un énième gros chantier. La tristesse… Bon, heureusement il reste encore de quoi faire, mais c’est toujours dommage de voir un quartier qu’on appréciait disparaître de la carte pour laisser la place à de nouveaux condominiums ou je ne sais quoi encore.

Un des rares chantiers de Bangkok…

Enfin, j’ai tout de même réussi à trouver ce que j’étais venu chercher : de l’équipement de muay-thaï. Et même un peu plus. Je venais pour un short ou deux, je suis reparti avec une paire de gants, de protège-tibias, et d’un short, quand même. Le tout pour le prix de la paire de protège-tibias livrée en France. Et encore, le cours de l’euro est loin d’être aussi avantageux que jadis. Quand on a connu 1 euros qui valait 50 bahts, ça pique un peu de l’échanger contre 35 pièces…

IMG_4242
Vue ma fréquence d’entraînement, j’ai du matos pour dix ans facilement.

Heureux comme un gamin à qui on vient d’acheter une nouvelle console, je suis remonté dans mon BTS direction le Bangkok City Hotel. Le temps d’aller manger un bout puis de partir terminer la journée au nouveau Lumpinee. C’était décidé, cette journée était placée sous le signe de la boxe thaïlandaise. Et puis en fait non. Car en regardant la localisation du nouveau stade, et en discutant avec un taxi, j’ai préféré m’épargner un trajet interminable et une course à 400 ou 500 bahts, tout ça pour certainement arriver en retard en plus. Parce que 30 km depuis Ratchathewi, ça peut vite être la galère. Alors certes il y a la solution d’aller à Lad Prao ou Mo Chit, et d’y prendre son taxi, ce qui normalement fait environ une course à 120 bahts (source : un conducteur de taxi justement), mais franchement : la flemme. Et j’avais déjà pété le budget de la journée dans l’équipement. Donc on reverra ça en rentrant à Bangkok à la fin du mois, mais il y a de grosses chances que ça se termine au Rajadamnern, l’autre stade mythique du pays. D’ailleurs, en lisant ce qui se dit ici et là, je crois que je ne suis pas le seul à avoir ce raisonnement…

Voilà donc pour s jours à Bangkok, que j’ai donc quitté ce matin depuis Don Muang via un vol Air Asia. Le même vol que l’équipe de football de Gamba Osaka, championne en titre du Japon, et qui affrontera Buriram United le 7 avril en Ligue des Champions asiatique. Un match auquel j’assisterai depuis les tribunes. Allez, je vous laisse, je crois que le modem de l’hôtel va rendre l’âme.

Laisser un commentaire